Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mélie-Mélo de Lolo
  • : Notre petit bonhomme de chemin pour concevoir ce qui devrait être si simple: un bébé. Mais aussi, un défouloir, une soupape, un endroit pour confier mes mots et mes maux.....
  • Contact

Profil

  • meliemelo79

Archives

27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 18:51

Dans un parcours pma, on se met à douter de lui. Pourquoi ne produit-il pas le bon ovocyte? Pourquoi ne permet-il pas la nidation de l'embryon pourtant décrit comme "beau" par le biologiste? En gros, pourquoi nous trahit-il tout à coup.

Alors, on lui en veut. On le maltraite à coup d'injections et autres joyeusetés. On le perfore, on le prélève, on réimplante, on l'écoute, trop, puis on le déteste.

Au cours de la grossesse, on doute de lui et de sa capacité à assurer jusqu'au bout. Pourquoi ne nous lâcherait-il pas encore une fois? En est-il vraiment capable?

Depuis ma grossesse sans encombre, puis mon accouchement express, je crois de nouveau en lui.

 

Tout a commencé le mardi après-midi.

Visite de suivi de fin de grossesse. J'en ai marre. J'ai l'impression que le travail ne va jamais commencer. Au monito, une belle contraction et un utérus contractile en continue. A l'examen, un col effacé, toujours ouvert à un doigt, médian. Face à mon ras-le-bol, la sage-femme appelle mon gynéco. Il m'examine, trouve que le col a bien maturé depuis le jeudi précédent. Il me fait bien mal. Je pense qu'il tente de me "décoller les membranes". Je repars avec un rendez-vous de suivi pour le lundi suivant si rien ne s'est passé d'ici là.

A partir de ce moment là (il est 16h30), de belles contractions toutes les 10 minutes font leurs apparitions. Je les sens bien, certaines sont plus ou moins douloureuses, comme depuis plusieurs semaines maintenant. Je n'y crois pas trop. Je me dis que comme d'hab ça va finir par s'arrêter. La soirée passe. Les contractions restent, toujours toutes les 10 min malgré le spasfon. Je me couche en me disant "et si?". J'arrive à m'endormir. Réveil 30-40 min plus tard. Je me lève et vais lire dans la chambre d'à côté. Je me dis toujours que ça va passer, "m*rde, je vais être crevée demain pour aller faire un petit tour aux soldes..".

Vers 1h, j'ai l'impression que ça se calme un peu. Je décide d'essayer de dormir un peu. Je m'endort tant bien que mal en pensant aux bonnes affaires du lendemain. Quittes à ne pas accoucher, je vais me venger sur la carte bleue!

A 3h, je me réveille soudainement sur une contraction très intense. Puis elles se succèdent par vague. 1, 2,3,4, toutes douloureuses, toutes les 5 min. Là, je sais qu'on y est. La douleur va et vient. Je souffle, je respire comme appris en cours de prépa. Ca fait vraiment mal! Au cours de ces 2 heures, je tente de ne pas me laisser submerger. Au pic de la douleur, je pense à la descente et au temps de récupération entre 2. Je vomis à 2 reprises tellement la douleur est intense.

A 5h, mon homme se réveille. Jusqu'ici, il a dormi paisiblement sans se rendre compte de rien! Je lui dis qu'on y ait. Il m'aide à préparer le reste de ma valise, prend un petit dèj.Je ne me presse pas. Je me dis qu'on a le temps. Pourtant, en partant je me rend compte que les contractions se rapprochent à toutes les 3 min.

Nous arrivons à 6h à la mat. J'ai vraiment très mal, je vomis de nouveau. C'est un supplice de m'allonger sur la table d'examen pour le monito et l'examen du col. Mon col est dilaté à 3. La sage-femme me propose la péri. Je suis surprise qu'elle la propose si tôt mais l'accepte avec

entrain! J'ai vu ce que c'était, ça me suffit comme ça! Sur le coup, j'ai l'impression d'être une chochote. En fait, mon homme me dira que lorsque je vomis (ce qui se reproduira encore une fois), l'intensité de la contraction est telle que le graphique du monito plafonne. Je pense très fort à ma mère qui a accouché de 4 enfants sans péri.....

La péri est posée autour de 7h. Elle agit dans les 15 min. Je sens et peux bouger mes jambes. Je sens les contractions mais n'est plus mal. Le sourire revient. Je suis heureuse. Nous allons avoir notre bébé!

Nous nous préparons à passer une longue journée.

Peu de temps après, la poche des eaux se romps spontanément. Nouvel examen, 5 large, presque 6. Ca va vite!

Vers 9h,mon homme pars chercher un café et des magazines. Nouvel examen, dilatation complète! Quoi! Déjà! La sage-femme m'annonce qu'on va répéter la poussée! Je panique un peu. Et si elle arrivait sans que mon homme soit revenu. Je l'appelle. Il arrive un peu paniqué, a un grand coup de pression, là, d'un coup, il réalise.

A 9h30, répétition générale. Je sens que ça pousse. Pas simple d'appliquer la poussée bloquée le moment venu! Ma louloute a un peu de mal à descendre dans le bassin. On se laisse un peu de temps.

10h15, elle est dans le tiers médian. On y est. C'est le moment de pousser. Je pousse environ 20min. J'ai l'impression de mal faire, que je ne vais jamais y arriver. Mon homme me dira lui avoir été impressionné par l'effort fourni et la force de ma poussée. Malgré la poussée, elle ne se dégage pas, elle semble bloquée. Décision est prise d'utiliser les forceps. La pose reste douloureuse malgré la péri. Le doc la décoince puis je pousse pour la sortir comme une grande. Quelle sensation particulière que ce passage dans mon bassin, mo

n ventre qui se vide, mes bras qui se remplissent.

ca y est, elle est là. Il est 10h40.

ca m'a semblé si simple de la mettre au monde. Oui, j'ai eu une épisio, des forceps mais franchement, tout le reste, c'est mon corps qui l'a fait. Il n'a pas failli!

 

Depuis, il continue à assurer comme un chef avec l'aide d'une louloute pleine de ressources.

L'allaitement s'est mis en place très naturellement. La montée de lait a été on ne peut plus supportable.

C'est fou comme au fond il était fait pour faire des bébés ce corps là! Joli pied de nez à Dame Nature!DSC00267.JPG

DSC00268.JPG

Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 21:04

Bon mesdemoiselles, c'est papa qui parle (sans son autorisation, il va sans dire. mais chut pour l'instant)

Juste un petit mot pour vous dire que le p'tit bout est arrivée hier.

Il va sans dire qu'elle est la plus belle et, ce, en toute objectivité.

Papa n'a pas trop souffert pendant l'accouchement : la maman lui a tenu la main afin qu'il ne souffre pas trop de tous ces changements (merci pour lui).

 

 

Je vous salue pour le soutien que vous lui avez apporté pendant ce parcours.

Je vous souhaite a toutes (et tous...) le même bonheur.

 

Très amicalement

 

PS : une belle histoire a raconter : dis, papa, comment on fait les bébés? Alors, tu prend une éprouvette, puis après stimulation et prélèvement d'échantillon testiculaire ...

Partager cet article
Repost0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 12:08

Et toujours en bulle!

Nous nous étions tellement mis en tête que j'accoucherai avant terme que le temps nous paraît long, très long.... Pourtant il reste encore 12 longs jours avant le terme....

Les journées se suivent et ne se ressemblent pas. Certaines sont très calmes, d'autres, comme celle d'hier, sont pleines de contractions de "faux travail". J'ai passé la journée d'hier à contracter toutes les 20-30 min avec des périodes où ça s'espacait un peu, certaines douloureuses, d'autres non.... Le spasfon n'agit pas énormément, il n'y a plus qu'à prendre son mal en patience.....

Visite du 9ème mois hier après-midi. Mon col est mou, raccourcit, toujours ouvert à un large mais bien postérieur. Du coup j'ai eu bien mal. Par contre, la tête est bien basse et appui sur le col. Il mise sur un début de "vrai" travail pour cette fin de semaine, a une préférence pour dimanche, il est de garde. Ça me va moi ce week-end! Depuis cet examen gynéco peu agréable, j'ai des petites pertes brunes lorsque je vais aux toilettes, espérons que ça déclenche un peu tout ça.....

Niveau moral, c'est nul, mais je suis plutôt irritable. Le moindre truc me gonfle. Je sais qu'il faudrait que je profite et tout ça mais j'en ai marre. Je suis crevée, je vais à deux à l'heure, mon bide m'handicape pas mal, je veux voir sa tête! Je veux accoucher! J'ai l'impression que ça n'arrivera jamais! 

Pour la suite du suivi, j'y retourne mardi pour évaluer le bien-être du bébé (monitoring, quantification du liquide, échange placenta-bébé) et y retournerai la semaine suivante si je n'ai toujours pas accouché. Si il y a dépassement de terme, ils ne sont pas partisans de laisser trop traîner les choses, surtout quand le col est mature.Déclenchent maximum 5 jours après le terme.

Enfin, le doc pense qu'il n'y en aura pas besoin alors on va le croire et lui faire confiance!

En prime une photo de mon énorme bidon qui a dépassé le mètre de tour de taille cette semaine. + 12 kgs sur la balance. Et toujours pas de vergetures, pourvu que ça dure!DSC00192.JPGDSC00190.JPG

Partager cet article
Repost0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 15:15

Depuis mardi, rien de bien nouveau. Quelques contractions mais comme depuis plusieurs semaines....

Le Futur Papa n'en peut plus et demande chaque jours à sa fille quand elle va sortir.

Les grands-mères sont prêtes de l'apoplexie. Imaginez leurs états quand je ne répond pas au téléphone immédiatement tout simplement parce que je suis occupée. Mercredi, mes parents étaient persuadés que j'étais à la mat parce que je ne les ai pas rappelé immédiatement ( ma mère me disait, "rappelles-moi quand tu auras un moment" sur son message...) et ont fini par appeler mon homme en catastrophe au boulot!

Moi, je suis aussi impatiente, mais savoure aussi ces derniers jours en tête à tête. J'apprécie ces petits mouvements ( enfin parfois j'ai un peu l'impression que c'est les déménageurs bretons dans mon bide!), sa réponse lorsque je lui parle ou que je la caresse. Je rêvasse aussi à notre vie d'après ( ce qui est risqué c'est que c'est très idyllique..), et surtout à quoi elle va ressembler. J'ai rêvé d'elle pour la première fois il y a quelques jours. Elle était bien sûr très jolie, toute fine avec des petits cheveux blonds. J'étais très émue. Ce qui est drôle, c'est que je suis très à l'écoute de mon corps, comme en début de grossesse ou lors des traitements. Je cherche le moindre petit indice qui me dirait que c'est pour bientôt.

Encore 2 semaines 1/2 au maximum et nous aurons un bébé..... C' est vraiment bizarre de nous dire que nous allons être des parents.... Une famille.... Ça me foutrait presque un coup de vieux!

Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 12:18

Réveil à 4h ce matin. Impossible de me rendormir. Envie de pipi, puis trop chaud, puis douleurs au dos, au bide à type de coliques au départ. Je me lève, bouquine un peu. Tiens, tiens ça commence à être réguliers, toutes les 10min pendant 1h environ puis ça s'espace. Je me rendors vers 5h30 d'un sommeil léger. A 7 h15 rebelote, ça me réveille et c'est toutes les 10 minutes pendant 1 bonnes heures. Puis plus rien. Depuis, la poulette a la patate, des contractions par séries de deux ou trois de temps en temps, mais plus aussi rythmé.

Et si ce faux travail en annonçait un vrai pour bientôt? Je vous avoue que sur le coup la sérénité des derniers jours s'est envolée, gros coup de stress, sentiment de panique. J'ai pensé aux trucs que je n'ai pas encore fait, comme le ménage prévu ce jour ( je sais c'est stupide....), le rideau a aller chercher, et d'autres trucs aussi stupides.....

Le futur papa est lui parti au travail le sourire aux lèvres, déçu ce midi de savoir que l'évolution n'était pas vers le départ à la maternité. Depuis, j'ai retrouvé mes esprits, et suis même déçue que ça se soit calmé. J'espère que c'était juste une petite répétition avant un grand jour imminent.

Et puis c'est bon, j'ai eu le temps de faire un brin de ménage et je vais chercher le rideau cet après-midi, on attend plus que le travail démarre!

Partager cet article
Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 12:13

DSC00097DSC00104DSC00020

DSC00061

Voilà, on y est.

Il y a 8 mois, j'étais à la veille de la ponction, complètement stressée, en pleins doutes. Plus les docs me disaient que tout se passait bien, plus je flippais et plus j'étais sûre que ça allait foirer. Mes ovocytes n'étaient pas assez nombreux, mon taux d'oestradiol trop bas, rien n'était à mon goût. C'est sûre que ça changeait de la 1ère fiv où j'avais frôlé l'hyperstim!

J'avais surtout très peur d'y croire, et du gouffre qui s'ouvrirais sous mes pieds après l'échec de cette tentative.

Nous étions des loosers. Du début à la fin. 20% de chances de trouver des spermatozoïdes à la biopsie, 0,01 millions par paillettes, des heures pour trouver quelques vaillants au moment des fécondations, seulement 6 embryons sur 16 ovocytes prélevés à la première tentative, et 3 sur 7 à la seconde!

Mais dans tout ça, le bon. Ce petit embryon catégorie A, parfait avec ses 8 cellules à j3, qui a fait son nid et qui me laboure les côtes avec plaisir.

Malheureusement, les bons dossiers ne donnent pas toujours des bébés. Mais le bon côté, c'est que les dossiers les plus foireux peuvent donner des miracles. Au fond, quoi qu'il arrive, c'est 50/50. Soit ça marche, soit ça marche pas. Je suis une chanceuse et je le savoure chaque jours.

On attend plus que toi embryon parfait de catégorie A.

 

(J'ai remis les photos du post-précédent en plus grand à la demande de certaines!)

Partager cet article
Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 22:40

 

 

 

DSC00097.JPGDSC00105.JPG

DSC00104.JPGDSC00098.JPG

DSC00020.JPGDSC00061.JPG

DSC00102.JPGDSC00100.JPG

 

Nous voilà au troisième trimestre, le fameux qui verra le dénouement de la grande aventure.

 

J'en suis aujourd'hui à peu près à la moitié, si je vais à terme.

A la dernière visite, mon col était toujours postérieur mais un peu ouvert (il ne m'a pas dit à combien et je n'ai pas demandé). La louloute est bien basse, je la sens qui appui sur mon col. Lorsque je marche, j'ai parfois l'impression qu'elle va sortir toute seule, pas très agréable.... Je lui ai juste donnée la consigne d'attendre la fin du mois, qu'on évite l'étage de la néo-nat. Encore deux petites semaines avant les 37sa (35sa+2 aujourd'hui). Le gynéco ne semblait pas inquiet. Lorsque je lui ai demandé si je devais en faire moins, il m'a dit que non. Par acquis de conscience, j'ai diminué les trajets en voiture et la marche ( de toute façon c'est de plus en plus dur). Pour ce qui est de la présentation par la face, il a été très rassurant. Pour lui, elle peut jusqu'à la fin fléchir la tête sous la pression des contractions, et même si ce n'est pas le cas, le travail peut être plus long mais la naissance par voie basse n'est pas impossible. Il a pris le temps de m'écouter et de m'expliquer, ce qui m'a bien rassurée.

Il devient physique ce dernier trimestre! Sensation de lourdeur ( sûrement due en partie au 10 kgs en plus!), douleurs dans le bas du dos, et tout le bassin la nuit, jambes lourdes en fin de journée. Après des insomnies en début de trimestre, les nuits se passent mieux, mis à part deux à trois lever nocturnes pour pause-pipi.... Je n'ai pas de remontés acides, on ne peut pas tout avoir!

Je prend toujours du plaisir à la sentir en moi mais je commence à avoir hâte de la voir, de l'avoir là dans mes bras. Mon homme lui commence à en avoir ras le bol, il a envie de passer à la suite, aux choses sérieuses comme il dit!

Mes angoisses se font moins présentes. En parler avec des amies, ma mère, ma soeur, la prépa à l'accouchement m'ont fait le plus grand bien. Je n'ai rien appris d'extraordinaire mais en parler,ëtre écouté, m'a permis de remettre les choses à leurs place.

Il faudrait d'ailleurs que je fasse un petit article sur la prépa à l'accouchement.

 

Ce trimestre est aussi celui des derniers préparatifs. La chambre est fin prête. C'est bizarre cette chambre de bébé chez soi....J'y vais souvent pour regarder toutes ses petites affaires. C'est trop mignon ses mini-robes sur des mini-cintres.

La valise se prépare elle aussi tranquillement. Je n'arrivais pas à me lancer, la dernière visite chez le gynéco m'a décidé. Un peu de mal à savoir ce qui sera vraiment nécessaire. Et puis vu le temps, je prend quoi? Bodys manches longues? Manches courtes? Pyjamas velours? Cotons? Je suis un peu perdue. Du coup, j'ai mis un peu de tous, je vous dit pas la place que ça prend! Va pas falloir que je prenne trop de truc pour moi!

Je passe mon temps à faire des lessives et pour une fois j'aime bien ça! Ses vêtements d'abord (et il y en a un paquet! J'ai même lavé le 3 mois), puis les doudous, les jouets, et tout ce qui touche de près ou de loin au bébé. Je suis entrain de me faire une petite liste dans ma tête de tout le ménage que vais pouvoir faire lorsque les 37sa seront passées. Mon homme fait office d'homme à tout faire depuis un bon moment, mais les détails c'est pas son fort! Je ne suis pas une fée du logis mais je comprend maintenant la folie du nettoyage qui prend les femme à l'approche du terme. Je veux que tout soit nickel le moment venu. Surtout que j'aurai bien d'autres préoccupations ensuite!

 

Voilà, son arrivée se précise. La fin d'une belle aventure pour en démarrer une autre que j'espère tout aussi bien et même mieux. Je n'appréhende plus l'accouchement (merci à la prépa et à la super sage-femme qui la fait), je commence même à l'attendre. Comme elle le dit, un accouchement ça se vit, ça ne se zappe pas, au bout la naissance de notre bébé.

 

 

(je suis désolé, je suis vraiment nul pour les montages photos.....)

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 11:26

Deuxième trimestre:

 

C'est le plus sympa. Je sais, c'est ce que tout le monde dit, mais c'est vrai!

 

Déjà, beaucoup moins d'angoisses. Je suis enfin plus sereine. Notre bébé est là, bien installé, je l'ai vu à l'écho. Mon ventre a commencé à réellement s'arrondir. Les fringues de grossesses sont devenus les seules dans lesquels je rentre.

Et puis, il y a eu ces premiers coups. Au départ, j'hésite. Est-ce mes intestins ou mon bébé? Peu à peu, plus de doutes. On a beau me dire que c'est trop tôt, ça ne peut qu'être mon bébé! Il s'est donc manifesté autour de la 17ème SA. J'ai de suite adoré ses petits mouvements, comme des petites caresses de l'intérieur. Au départ, ça reste discret, le soir surtout, dans des moments calmes. Mon homme la sentira pour la première fois à 19 SA. Ce moment reste un moment très émouvant, presque plus que la première fois où moi je l'ai sentie. Peu à peu, il réalise lui aussi l'existence de ce petit être. Les signes de l'habitant deviennent de plus en plus forts. Au fil des jours, il se manifeste au travail, dans les transports, il m'accompagne dans tout les moments de ma vie quotidienne. Nous ne faisons vraiment qu'un.

Cette période est une période de plénitude. Les angoisses s'envolent complètement avec la deuxième écho. Elle est parfaite. Et oui, c'est une petite fille. Je suis fière de porter enfin cette enfant et en plus d'"offrir" cette fille et petite-fille tant désirée par tout le monde. Le jour de l'écho, je décide de faire un peu de shopping ( on ne perd pas ses bonnes habitudes!) pour lui acheter ces premiers vêtements de petite fille. Je suis très émue. Ce n'est pas mon premier achat (j'ai déjà acheté pas mal de truc unisexe), mais c'est la première fois que je la vois réellement dans ces petits vêtements. Connaître le sexe me permet de matérialiser encore plus la réalité de cette grossesse.

Je suis moins fatiguée ( même si ça restera un symptôme constant...), je me sens bien dans ma peau et me dis que je suis heureuse, chose qui ne m'est pas arrivé depuis.... Je ne sais même plus quand! Mon homme bénéficie de cette accalmie. Nos relations sont pacifiées. Je suis beaucoup plus souple, moins râleuse. On peut dire que je "rayonne". Nous avons pas mal de visite de notre famille et d'amis dans notre nouveau chez nous. Nous sommes bien occupés. Entre les visites, les travaux d'aménagements de notre nouvel appart et nos nouveaux jobs, nous trouvons un équilibre bien agréable. Je m'engouffre dans le monde "neuneu" du bébé. Je suis à fond dans les catalogues de puériculture, les comparatifs pour l'achat de la chambre, de la poussette et tout le reste. Je lis bouquins et magazines sur la grossesse. Je me complais dans ce monde, j'y suis bien.

Au cours du 4ème mois et jusqu'à la fin du 6ème, j'ai des douleurs ligamentaires plus ou moins fortes et régulières en fonction de mon activité (la marche est ce qui les déclenche le plus). Je suis essoufflée beaucoup plus facilement. Mes déplacements commencent à prendre plus de temps, pas toujours facile à accepter quand on voit les autres courrir autour de nous! Il faut diminuer le rythme...

Les contractions font aussi leurs apparition. Au départ, je ne suis pas sûre. Comment savoir? Je n'en ai jamais eu! Et puis peu à peu, je n'ai plus de doutes, c'est bien ça. J'en parle à mon gynéco lors de la visite du 5ème mois, il tique un peu. Puis après l'examen du col, pas d'inquiétudes, il est bien fermé, les contractions sont inefficaces. Il m'en autorise 10 par jours, irrégulières et non douloureuses.

La fatigue reste présente et fluctuante. Mon ventre grossit et devient de plus en plus pesant en fin de journée. Il m'handicape au travail, difficile lorsqu'il faut mobiliser des personnes handicapées, marcher, se pencher.... Au cours de la visite du 6ème mois, mon gynéco décide qu'il est temps que je m'arrête. Je suis soulagée. Je vais pouvoir réduire le rythme, vivre à la vitesse que m'impose ma poulette qui grandit en moi de jours en jours.

Les 2 premières semaines se passent plutôt bien. Je me repose, je trouve à m'occuper. Je me lance dans mon projet "couture pour bébé".

 

Tout le long de ce second trimestre, le bien-être ressenti me permet de me sentir "comme les autres". J'ai besoin au départ de "normaliser" cette grossesse.

Néanmoins, mes sentiments sont très ambivalents. J'ai aussi besoin d'être reconnue avec cette particularité de "grossesse pma". Les médecins, une partie de mes nouvelles collègues sont au courant. Nous n'avons jamais fait secret de notre parcours et la grossesse avançant, je ne peux l'effacer, ça fait parti de notre identité, notre histoire.

Parfois, les souvenirs de la douleur passé refont surface. Surtout lorsque je me dis que ça sera peut-être ma seule et unique grossesse. Serons-nous capable d'y "retourner" et endurer tout ça de nouveau? Mon homme n'est vraiment pas chaud. Et puis, nous avons eu beaucoup de chance une fois, qui dit que ça recommencera? Ne vaut-il pas mieux rester sur une réussite?

 

Le deuxième trimestre se termine et j'adore être enceinte. Je n'imagine pas que ça puisse se terminer un jour.

C'est terrible, mais je suis presque nostalgique de cette période, c'est passé tellement vite!

 

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 14:51

Nous voilà plus près de la rencontre que de la conception, il est temps de faire un premier bilan de cette grossesse.

On peut dire que je suis une chanceuse qui aura eu peu de désagréments et aura vécu une grossesse heureuse et épanouissante.

J'adore être enceinte, j'aime sentir mon bébé bouger, voir mon ventre grossir à vu d'oeil. J'aime plutôt bien ma physionomie, je me trouve même pas trop mal! J'ai de beaux cheveux et un teint éclatant, alors autant en profitez! Surtout, je crois que c'est un des rares moments de notre vie (si ce n'est pas le seul) où il est fait abstraction de la notion de minceur. Tout le monde s'en fout et j'avoue qu'au fond moi la première! Oh, je sais qu'ensuite, une fois la porte de la maternité passée, les bons vieux diktat reprendront leur droit et que les regards seront bien plus incisif, mais j'ai décidé que je m'en occuperais plus tard.

 

Premier trimestre:

 

Il est le trimestre le plus stressant, le plus " désagréable" à mon goût.

Les premières semaines se passent entre euphorie et angoisses. On y croit à fond (parce que même si on dit le contraire pour se protéger, au fond on a l'impression d'avoir décroché notre ticket gagnant au loto) mais en même temps, on passe son temps à se dire "et si...", ce qui gâche un peu le plaisir. J'ai eu la chance d'être entouré de personnes pleines de tact (j'avais surement fait le tri avant!) qui ont su me donner espoir, y croire avec moi, tout en restant pleines de retenus. Elles m'ont permise d'accepter petit à petit ce nouvel "état", d'investir ce début de grossesse dès le tout début. Comme une grossesse "classique" en fait. Avec nos parcours, j'ai l'impression que parfois, pour se protéger, nous n'investissons pas le début de la grossesse de peur qu'un malheur arrive. Malheureusement, si malheur il y a, la retenue ne changera rien à la douleur, et si la chance est de notre côté, ce début de grossesse "non investie" est autant de temps perdu sur ce temps magique que nous offre la vie peut-être pour la seule et unique fois.

Passé cette phase difficile, après les prises de sang, le passage aux urgences pour saignements, la première écho libératrice, le temps passe un peu moins lentement. J'ai eu la chance d'avoir une écho intermédiaire à environ 10sa qui m'a permis de vraiment me dire que cette fois-ci tout devait rouler.

Puis est arrivé l'écho des 12sa, le sésame. Ce matin là, j'étais seule, angoissée, complètement à bout. Et je l'ai vu là, sur l'écran. Pour la première fois c'était un petit bébé qui bougeait et non plus un truc dont je ne discernais pas si c'était la tête ou les fesses. J'ai été surprise par sa tonicité, de voir ce petit être qui bougeait en moi sans que je ne ressente rien. C'est là que je me suis vraiment sentie enceinte "pour de bon". Pendant les quelques jours suivant cette écho, un déménagement s'y ajoutant, j'ai souvenir de sentiments contradictoires. Une joie intense, un sentiment d'accomplissement mais aussi un sentiment d'aliénation à ce petit être (je sais le mot est fort), d'un point de non retour. Il y aurait un avant et un après, mais l'état d'avant ne serait plus.Ce sentiment à coïncidé avec le début de la transformation réelle de ma physionomie. Il était bel et bien là, nous allions être responsable de son bien-être, de son évolution, une sacré responsabilité!

Je me suis peu étalé sur les symptômes, c'est un truc que j'ai du mal à lister car fluctuant.

Le symptôme le plus fort chez moi, a été une fatigue intense qui fait que juste lever on ne pense qu'à aller se recoucher. Tout semble pesant, on a l'impression d'être en mode "hibernation". Je pense avec le recul que j'ai alors évacué tout le stress et la fatigue du traitement, je pouvais enfin me relâcher. Ajouter à ça un déménagement, ça ne me laisse vraiment pas un souvenir impérissable!

J'ai eu aussi des nausées et dégoûts, surtout lors du 2ème mois, avec quelques vomissements matinales, vite disparus après adaptation de mon alimentation.

La première partie de mon corps à s'être modifié, a été ma poitrine. Des ma première prise de sang, les aréoles se sont modifiées. Elles étaient plus gonflées et se sont étendus. Par contre, pas de seins tendus ou plus gros au départ ( d'où la non-utilité de la roploplo touch...), par contre, rapidement des décharges type électricité dans les seins, comme si je sentais les canaux galactophores se formaient. J'ai pris quasiment ma poitrine "de grossesse" au court de ce trimestre. Je suis passé d'un 85C à un 95C. Qu'on ne me dise pas que je n'ai pas pris de poitrine vu que le bonnet reste le même parce que je vous promet que quand la vendeuse vous propose le fameux 95C vous vous demandez au départ si elle vous a bien regardé tellement ça vous semble un porte-mamelle!

Enfin, dernier symptôme, continue à toute la grossesse, l'hyper-émotivité. Je ne suis pas une pleureuse, je ne pleure jamais devant un film ou ce genre de truc. Mais depuis 8 mois, mes hormones me jouent des tours. Je chiale pour un rien et c'est un peu lourd parfois, surtout que pas toujours très adapté et compris par les gens en face de soi que ça désarçonne complètement! Allez, plus qu'un bon mois et je peux redevenir une camionneuse!

 

Ce premier trimestre m'a semblé être le plus long, comme si le temps était suspendu. J'en garde le souvenir d'émotions fortes, malgré l'angoisse de pouvoir tout perdre. Et cette phrase qui me revenait en boucle les premiers jours " on a enfin réussi..."

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 09:17

IMG_0425.JPGIMG_0423.JPG

Hier a eu lieu, à 33 SA, la dernière écho.

Notre louloute va très bien. Tout semble normal. C'est bizarre mais autant j'avais des angoisses aux deux précédentes échos, autant j'ai été sereine à celle-ci. Pour moi, elle ne peux que bien aller. Elle emplie mon ventre de sa taille et de son énergie.

Elle est bien la tête en bas, un peu basse même, au goût du gynéco (mais ça, mes 3 pipis nocturnes me l'avait déjà fait sentir..!), le dos contre mon ventre, les fesses vers le haut et les pieds plutôt vers la droite. Le seul hic, elle est pour le moment en présentation par la face, position incompatible avec un accouchement par voie basse. Lorsque j'ai parlé de mes inquiétudes au gynéco, il m'a répondu " vous ne comptez pas accoucher aujourd'hui, non?". Ce qui m'inquiète un peu, c'est que lors de la précédente écho, aux urgences, c'était déjà le cas. Et surtout j'ai cette impression qu'elle est bloquée, qu'elle tente de bouger sa tête mais qu'elle ne le peut pas.... Affaire à suivre.

Surtout que la demoiselle ne semble pas faire une taille mini-pousse. Déjà 2kgs250 environ! Pas d'estimation du poids à terme mais un bon poids si elle continue sur cette courbe. Moi qui rêvait d'un bébé "petit gabarit".... Elle va plus rentrer dans son dressing! Bon aller, on fera avec, hein, on va pas lui demander d'arrêter de grossir! Je me dis que cette belle courbe de croissance est signe de "bonne santé". Elle est à son aise, mon placenta l'irrigue bien et c'est tout ce qui compte.

Je commence juste à me dire qu'il va falloir la sortir!

La semaine prochaine, grosse semaine en perspective. Réalisation de la peinture de sa chambre pour enfin pouvoir monter les meubles, laver ses petites affaires et les ranger. Il reste encore quelques achats "pratiques" à réaliser ( thermomètre, mouche-bébé, biberons...) et surtout la fameuse valise. Les cours de prépa à l'accouchement commencent aussi la semaine prochaine. Nous profitons des vacances du futur papa pour en faire 3 ensembles. Les papas sont bienvenus mais les cours n'ont lieu qu'entre 9h et 16h, difficile à concilier avec un travail....... J'espère juste que cette semaine thématique "bébé" ne fera pas fuir le futur papa!!!

Nous nous préparons peu à peu. Le temps s'écoule tranquillement et mon ventre grossit à vu d'oeil!

Partager cet article
Repost0